Innovation inverse: constats théoriques et résultats pratiques

Projet terminé.

Un changement rapide de la puissance globale de consommation vers les pays en développement a eu lieu, en particulier vers les pays avec des taux de croissance économique supérieurs à la moyenne. Afin de puiser dans le potentiel offert par cette croissance, les entreprises des pays en développement doivent répondre à des besoins fondamentalement différents de ceux des pays développés. Dans ce contexte, le concept d’innovation inverse exhorte les entreprises multinationales des pays développés à innover spécialement pour les pays en développement, et à introduire ensuite le résultat de l’innovation « à la maison ». Les entreprises multinationales amélioreraient ainsi leur position concurrentielle sur les marchés émergents et traditionnels. En outre, l’innovation inverse a prétendument des impacts sociaux positifs sur les pays en développement.

L’innovation inverse a été classée comme l’une des idées de la décennie en management, mais elle est actuellement détachée du corps existant de la littérature sur l’innovation en général. La principale motivation de ce travail est donc de contribuer à remédier à l’asymétrie actuelle entre l’importance pratique et le savoir académique sur l’innovation inverse.

Ce projet était le projet de thèse d’un étudiant de HEC Montréal, Nebojsa Radojevic, sous la direction de Patrick Cohendet.

Ce contenu a été mis à jour le 2016-12-13 à 14 h 24 min.