Appel à communications | Acfas 2023 | Groupe de recherche en Gestion et mondialisation de la Technologie (GMT)

Entreprendre au Québec : trois ans après le numéro spécial du Magazine Acfas

Congrès Acfas 2023

Appel à communications

90e Congrès de l’Acfas |Section 400 – Sciences sociales

Colloque No : 464
https://www.acfas.ca/evenements/congres/programme-preliminaire/400/464

12 mai 2023

Coorganisateurs : Fabiano Armellini, Octave Niamié et Catherine Beaudry

Groupe de recherche en Gestion et mondialisation de la Technologie/ Polytechnique Montréal

📄 Version PDF de l’appel à communications

Sommaire de cette page
• Contexte et objectifs de l’atelier
• Thèmes pour communications
• Instructions et dates à retenir
• Structure préliminaire du colloque

Séances du matin et de l’après-midi
Entreprendre au Québec : défis et opportunités

Contexte et objectifs de l’atelier

Le 12 mars 2020, le magazine Acfas avait publié un numéro spécial en entrepreneuriat, dont le but était de promouvoir une discussion sur les défis de stimuler l’entrepreneuriat en milieu universitaire. Néanmoins, cette publication a été éclipsée par la déclaration de la pandémie de la COVID-19 par l’Organisation mondiale de la santé à la veille. Le but de ce colloque est alors double: reprendre les discussions qu’on avait démarrées avec le numéro de l’Acfas, et aussi de nous demander comment ces enjeux ont changé trois ans plus tard, après une pandémie qui a été assez disruptive à plusieurs égards.

La problématique derrière l’atelier gravite autour du sujet de l’entrepreneuriat universitaire et scientifique. Comme les plusieurs chercheurs qui ont contribué au numéro de la Magazine Acfas l’ont souligné, bien que le Québec « possède un très haut potentiel de développement des nouvelles connaissances (…), il semble manquer d’une stratégie efficace pour aider les universités à capturer les revenus générés par la recherche » (Aksoy). Saint-Jean est d’accord avec lui en déclarant à son tour que « les scientifiques qui deviennent entrepreneurs et qui se consacrent à l’entrepreneuriat ne sont pas légion », et que les centres d’entrepreneuriat universitaires se tournent alors vers l’entrepreneuriat étudiant comme alternative pour assurer un transfert de connaissances universitaires vers le marché par l’entrepreneuriat technologique. Pour augmenter la complexité de la question, on ajoute à la sauce les défis de l’entrepreneuriat responsable (Tremblay et coll.), les enjeux de genre (Constantinidis) et l’importance de renforcer les liens entre les acteurs de l’écosystème (Veilleux), sans perdre de vue le défi particulier du paradoxe canadien de l’innovation dont le Québec souffre également (Beaudry et Armellini).

Thèmes pour communications

Pendant l’atelier, deux séances sont réservées à la présentation de communications. La séance du matin sera consacrée pour les communications sur les défis et enjeux de l’entrepreneuriat en général (au Québec ou en général ; en lien ou pas avec la crise de la COVID-19), tandis que la séance de l’après-midi se concentrera davantage sur les défis de l’entrepreneuriat scientifique et universitaire (au Québec ou en général). Par conséquent, l’atelier accueillera des articles empiriques, méthodologiques et conceptuels qui abordent, mais sans s’y limiter, les questions suivantes :

  • Comment la crise de la COVID-19 a-t-elle changé la dynamique entrepreneuriale au Québec ?
  • Quel est le rôle de l’écosystème de l’innovation ou entrepreneurial pour la reprise économique, en ce qui touche l’activité entrepreneuriale ?
  • Comment la politique d’innovation peut-elle mieux soutenir le passage de la science à la commercialisation grâce à la formation à l’entrepreneuriat des scientifiques et des ingénieurs ?
  • Comment la recherche et la pratique pourraient-elles être mieux connectées en utilisant l’accumulation de la recherche sur l’entrepreneuriat dans l’enseignement pratique ?
  • Comment les universités peuvent-elles créer un environnement propice à l’entrepreneuriat axé sur la collaboration interdisciplinaire entrepreneuriale ?
  • Comment les incubateurs et les accélérateurs peuvent-ils soutenir les entrepreneurs technologiques ? Le contenu de leurs programmes de formation devrait-il être différent de celui des universités ?
  • Comment s’articulent écosystèmes de recherche, écosystèmes entrepreneuriaux et écosystèmes d’innovation ?
  • Comment mesurer l’impact des organismes d’appui à l’entrepreneuriat au-delà des indicateurs classiques de performance économique ?

Instructions et dates à retenir

Structure du document à soumettre
La proposition de communication ne doit pas dépasser 500 mots excluant le titre, les mots-clés (5 maximum) et les références. Ne pas inclure les noms et affiliations des auteurs et autrices. Le document doit être présenté sur une seule colonne, avec une taille de police de 12 points (décalage d’une ligne) et une police de type Times New Roman. Les marges supérieures, inférieures et latérales doivent être de 2,5 cm.

Contenu de la proposition
En général, le contexte et le but de l’étude doivent être énoncés en premier, suivis des détails des méthodes, des données, des modèles d’analyse utilisés. Les résultats, la discussion et les conclusions doivent suivre dans cet ordre. Il est nécessaire de bien énoncer l’utilité de l’étude dans le domaine de l’entrepreneuriat et de la gestion de l’innovation.

Veuillez envoyer votre document à : groupegmt@polymtl.ca

Instructions pour la rédaction du courriel

  1. Objet du courriel :
    [ACFAS2023 – entrepreneuriat]: Proposition de communication
  2. Dans le corps du courriel, spécifier :
    • le titre de la proposition ;
    • les noms et prénoms des auteurs et autrices ainsi que l’affiliation de chaque personne ;
    • Si vous ciblez la séance du matin, de l’après-midi ou si vous n’avez pas de préférence
  3. Joindre votre document en format .pdf (rappel : la proposition de la communication ne doit pas inclure les noms des auteurs et autrices ni leurs affiliations).

Date limite : 10 février 2023, 23h59 (heure de l’Est)

Décision du comité de sélection : 24 février 2023

[Pour les communications acceptées] Date limite de la proposition de communication finale : 31 mars 2023 – Les propositions finales acceptées seront publiées dans le site Web du groupe GMT.


Structure préliminaire du colloque

Ce contenu a été mis à jour le 2023-01-22 à 14 h 19 min.